• CONCEPTde l'émission
  • Versailles et l’Europe de l’ancien régime

    RECHERCHES

    Versailles et l’Europe de l’ancien régime

     

     

     

    A l’initiative du centre de recherche du château de Versailles et de la cellule « Etats, Société, religion » (ESR) de l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, la ville royale accueille depuis le 6 juin et jusqu’au 17 juillet un séminaire international de recherches.

     

     


    « Une formation complète sur Versailles et l’Europe du Grand Siècle ».


    Sous l’impulsion de Mathieu Da Vinha, directeur scientifique du centre de recherche du château de Versailles, et Chantal Grell, directrice de l’ESR, plus de vingt enseignants-chercheurs dispensent depuis le 6 juin des cours théoriques et pratiques sur Versailles et l’Europe du grand Siècle à huit jeunes universitaires. La formation, diplômante, débouche sur l’obtention de 30 ECTS, l’équivalent d’un demi-semestre étudiant. « L’objectif est d’offrir un véritable panorama de la ville de Versailles et une approche globale de la France, de l’Angleterre ou encore de l’Espagne sous Louis XIII et Louis XIV », explique Mathieu Da Vinha. L’initiative, ajoute le directeur scientifique, vise également à approfondir la connaissance des sites yvelinois et promouvoir l’étude de l’ancien régime, délaissée au profit de l’histoire contemporaine, en créant des réseaux de chercheurs de l’époque moderne.

     

     

     

    En six semaines de séminaire, les huit étudiants se sont familiarisés avec les coutumes vestimentaires, l’architecture du château de Versailles ou encore le rayonnement de la cité à travers l’Europe des 17ème et 18ème siècles. L’enseignement, pluridisciplinaire, couvre aussi bien l’histoire, la littérature, l’histoire de l’art, la musicologie, la conservation que le patrimoine et l’histoire des sciences. Au programme cette année : discussion théorique le matin, visites thématiques (au château de Versailles, à Port Royal…) ou pratiques – notamment théâtrale avec Michel Verschaeve, directeur de la compagnie baroque – l’après-midi.

     

     

     

     

    Un retentissement scientifique international

     

    Triés sur le volet, les participants, diplômés au minimum d’un BAC +5, ont présenté en amont de leur stage un sérieux projet de recherches. Pour cette première édition, les universitaires sélectionnés ont porté leur intérêt sur l’image de Saint Louis, la traduction des traités de cour ou encore le mécénat de Richelieu.

     

     

     

    Sur les huit lauréats du cru 2011, quatre sont étrangers : ils ont fait le voyage des Etats-Unis, de l’Espagne et de la Suisse. Sur le long terme, Mathieu Da Vinha et Chantal Grell espèrent en accueillir davantage. Non seulement pour élargir le réseau interne des historiens de l’époque moderne, mais également pour améliorer le rayonnement du territoire versaillais. « Il n’y aura cependant jamais plus de 15 étudiants à la fois, précise le directeur du centre de recherches de Versailles, les cours théoriques doivent rester un lieu de discussion ».

     

     

     

    Le Conseil général des Yvelines soutient le centre de recherche du château de Versailles et l’université versaillaise dans leur démarche. Grace à sa contribution financière, les frais de dossier ont colossalement baissé, en passant de plus de 5000 à 900 euros les six semaines. De quoi attirer de nouvelles recrues d’ici l’année prochaine…

     

     

     

     

    M. Houé

    Présentation de l'émission

    EQUIPE

  • Publicité Yvelines Premières

VOIR OU REVOIR

Voir toutes les vidéos